L'histoire du Taekwondo

 


Le Taekwondo actuel est le résultat de la synthèse d'un art de combat coréen millénaire qui aboutit à la forme moderne que nous connaissons. 
Le Taekwondo est un art martial aux sources très anciennes. Sa version moderne telle que nous la pratiquons bénéficie d'un héritage riche en enseignements. 

 

1-Les origines

 

Le Taekwondo  est de loin l'art martial le plus connu du Pays du Matin Calme.
L'origine mythique des arts martiaux serait le
 temple de Shaolin ou un moine bouddhiste Bodhidarma, venant d'Inde, au Vème siècle aurait mis au point des techniques martiales.
Que les arts martiaux que nous pratiquons soient coréens ou une synthèse de techniques chinoises et japonaises, peu nous importe en définitive. Cependant quelques faits semblent être certains.
Les origines des arts guerriers semblent être anciennes. Sans remonter toutefois au héros- fondateur de la Corée Tangoon, des fouilles archéologiques ont permis de mettre en évidence des fresques sur des
tombes royales datant de l'époque des trois royaumes: Koguryo au nord (capitale Pyongyang), Paekje au sud- ouest (capitale Séoul puis Kiongju) et Sylla au sud-est (capitale Kiongju).

 

Fresques retrouvées dans un tombeau royal prés de Pyongyang,

datant du royaume de Koguryo (37 avant J-C ; 668)

 

 

Les gardiens du temple de Sokkuram

(datant du 8ème siècle)

Les deux statues sont dans la position Kemgang.

Par la suite, sous le royaume de Sylla, (Sylla unifia le pays à partir de 668 et domina jusqu'à l'avènement du royaume de Koryo en 935). Ce royaume va développer une culture riche et raffinée notamment en matière d'art bouddhique. (Époque où le bouddhisme devient religion d'état, et de nombreux moines vont en Inde et en Chine pour étudier et vont rapporter ce qu’ils ont appris en matière d'arts martiaux dans l'Empire du Milieu). La "sinisation" du pays à cette époque est importante, l'aristocratie coréenne adopte bon nombre des coutumes chinoises. La pratique des arts martiaux s'intensifie par la mise en place d'une aristocratie bouddhiste "les Hwarangs" ("les fleurs adolescents"), cette chevalerie au service du régime formée au Soobak s'appuyait sur un code d'honneur fondé sur la loyauté au pays, fidélité aux parents, courage, honneur.... comparable à ce qui se passe à la même époque en Europe occidentale avec la chevalerie médiévale devant théoriquement défendre la veuve et l'orphelin...)

La dynastie YI (1392 - 1910) est importante pour l'histoire des arts martiaux coréens.


La péninsule doit faire face aux invasions japonaises menées par Hideyoshi, au XVIème siècle.
La résistance est menée par les moines bouddhistes encourageant le sursaut national en 1592 - 1598. Ces moines formés au combat militaire (Ce qui n'est pas le cas en occident, ou ceux qui "prient" ne sont pas les mêmes que ceux qui "combattent"). Religion et arts guerriers se sont mutuellement influencés. Durant cette période, la Corée doit s'incliner et reconnaître la suzeraineté de la Chine des Qings au XVII ème siècle.

Cette période est intéressante pour les Mudo car s'opère la mise par écrit des techniques martiales du Taekkyun et du Soobak dans un manuel le Muye Dobo Tonji.Un enseignement auparavant oral est mis par écrit, ce qui constitue une première. L'ouvrage décrit les postures, les techniques de combat....
Paradoxalement, cette période vit le déclin de la pratique des arts martiaux en Corée... La dynastie favorisant les arts culturels aux détriments des arts guerriers.

 

 

2-Le Taekwondo depuis 1945

 

La dynastie YI doit abandonner son autonomie et reconnaître l'annexion en 1910. L'occupation de la Corée va durer jusqu'à la libération par les armées américaines en 1945.
La Corée devenue libre après 1945 souhaite revaloriser sa culture, occultée par l'occupation japonaise.

Les arts martiaux refleurissent, diverses écoles réapparaissent sous de nombreux noms, styles ou écoles (Kwans)

Les 4 Kwans les plus réputés sont :
- Chung Do Kwan fondé par Lee Won Kuk

- Jido Kwan
- Moo Duk Kwan fondé par Hwang Ki
- Sang Moo Kwan
Chaque école portant une attention particulière à telle ou telle technique (Coup de pied fouetté ou lourd, techniques de bras, Poomsés...)
Ces principaux Kwans ont donné naissance à leur tour à d'autres écoles suivant l'interprétation personnelle du fondateur du style.

Mais peu à peu se fonde la certitude pour tous les maîtres quelque soit leur style que pour populariser ces arts, l'unification doit se faire autour d'une seule et unique discipline. Il ne restait alors plus qu'à trouver un nom ... 

Par référence au Taekkyun, le mot "Taekwondo" ("La Voie

Suite à une démonstration devant le président Syngman RHEE, en pleine guerre de Corée, le Taekwondo est rendu obligatoire dans l'armée coréenne. C'est la 1ere décision qui va donner au Taekwondo son élan mondial.
du poing et du pied") sera adopté par l'ensemble des maîtres et des experts pour qualifier l'ensemble des styles de combat coréen dans les années 50.

 

Club affilié à la Fédération Française de Taekwondo

n°750995

Association agrée jeunesse et sport

N° 08 S 052

 Association labéllisée Valides Handicapés